mercredi 31 août 2016

Sur la crise agricole

« L'article 30 de la loi Sapin, évoqué par les organisations syndicales agricoles de la Manche dans le courrier commun qu'elles ont adressé cette semaine aux parlementaires, vise à renforcer le rôle des organisations de producteurs (OP) et des associations d'organisations de producteurs (AOP).

« Il s'agit d'une mesure de bon sens, qui entend donner aux agriculteurs les moyens de peser plus lourd dans les négociations qui les opposent à l'industrie laitière pour la vente de leurs produits.

« Cette loi n'est effectivement pas définitivement votée, un dernier accord devant être trouvé entre l'Assemblée nationale et le Sénat.

« Sur ce point précis du rôle des organisations de producteurs, le parlement doit faire en sorte de maintenir, voire de renforcer le texte.

« D'autres mesures devront cependant l'accompagner.

« Je crois ainsi tout à fait nécessaire que l'Europe mette en place un mécanisme d'assurance afin de garantir les prix et qu'elle réactive les dispositions de gestion des crises par des mécanismes d'intervention.

« Il apparait également capital d'obtenir une plus grande transparence dans la fixation des prix, afin de parvenir à un équilibre véritable entre les producteurs, les transformateurs et les consommateurs.

« Enfin, les charges sociales et les contraintes environnementales qui pèsent sur la production agricoles doivent être diminuées afin de ne pas être plus pénalisantes que celles de nos principaux concurrents étrangers.

« Ces mesures, réunies, pourraient permettre aux agriculteurs de vivre, comme ils le souhaitent, du fruit de leur travail et non du versement d'aides publiques.

« C'est ce que j'ai pu leur indiquer de vive voix, ce mardi, lorsque je suis venu les rencontrer à Sainte-Cécile devant l'usine Lactalis. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire