mercredi 22 juillet 2015

« Les agriculteurs veulent vivre de leur travail »

Je suis intervenu ce mercredi lors de la séance des questions au gouvernement au sujet de la crise agricole.

« Ma question s’adresse à Monsieur le Ministre de l’Agriculture et j’y associe mon collègue Philippe Gosselin, député de la Manche.

« Depuis lundi, les éleveurs de la Manche bloquent l’accès au Mont-Saint-Michel et à l’autoroute A 84 entre Caen et Rennes.

« Depuis lundi, ce mouvement s’étend à l’ensemble de la Normandie et de la Bretagne.

« Cela faisait longtemps que les agriculteurs avaient mené des actions d’une telle envergure et d’une telle détermination.

« Cela faisait longtemps, aussi, Monsieur le Ministre, que les agriculteurs vous avaient sollicité et qu’ils vous avaient alerté sans que vous répondiez à leurs attentes sinon par des opérations de communication et des effets de manche.

« Vous y avez ajouté depuis lundi du dédain et du mépris en vous faisant prier pour enfin rencontrer les agriculteurs près de deux jours après le début de leurs actions.
Aujourd’hui, Monsieur le Ministre, vous êtes au pied du mur.

« Monsieur le Premier ministre n’a malheureusement répondu tout à l’heure à aucune des interpellations précises de Christian Jacob, préférant se réfugier dans l’invective et dans la politique politicienne.

« Vous n’avez pas non plus ce matin répondu au désespoir des agriculteurs.

« Vous ne pouvez pas vous limiter à des réponses conjoncturelles alors que la crise est structurelle.

« Vous ne pouvez pas vous limiter à des aides de trésorerie et à des reports de charges et d’impôts alors que le sujet porte sur la fixation des prix et la répartition des marges.

« Vous ne pouvez pas continuer à mépriser les agriculteurs qui ne demandent pas l’aumône mais la possibilité de vivre normalement de leur travail.

« Au-delà des opérations de communication et des effets de manche, vous devez donner à la représentation nationale et aux éleveurs des réponses de fond sur les filières lait, viandes bovine et porcine et vous devez également vous engager sur les échéances de leur mise en œuvre. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire