vendredi 12 juin 2015

Suppression des classes bilangues: « Un mauvais signal adressé à l’Allemagne »

Je me suis récemment entretenu, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, avec le ministre de l'éducation, Najat VALLAUD-BELKACEM, au sujet de la suppression des classes européennes et des classes bilangues. Il a notamment pointé les effets désastreux de cette réforme sur nos relations avec l'Allemagne.
« Les classes bilangues et les sections européennes ont permis d’assurer une vraie diversité de l’enseignement des langues et une mixité sociale dans les établissements les moins favorisés. Par ailleurs, elles ont rendu accessible l’enseignement d’autres langues vivantes que l’anglais et l’espagnol.

« La suppression de ces classes entraînerait une baisse du nombre d’élèves apprenant la langue allemande, ce qui pourrait remettre en cause les diplômes de langue, les jumelages, les échanges scolaires ou le travail de l’Office franco-allemand pour la jeunesse et obligerait la France à revenir sur certains de ses engagements internationaux et de ses accords bilatéraux, notamment avec l’Allemagne.
« Est-ce réellement un bon signal envoyé à nos partenaires, en particulier outre-Rhin ? »
Pour information : Les classes bilangues et les sections européennes, qui offraient la possibilité d’apprendre deux langues vivantes dès la classe de sixième, se sont développées depuis 2002. Elles touchaient presque 16 % des élèves de sixième en 2013 contre seulement 5 % en 2004.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire