jeudi 6 novembre 2014

Le gouvernement doit faciliter l’installation des jeunes agriculteurs

La profession agricole ne se renouvelle pas : à l'heure actuelle, seulement 60 % de l'ancienne génération est remplacée par une nouvelle génération. Chaque année, environ 16 000 exploitations agricoles ne trouvent pas repreneur et, entre 2000 et 2010, notre territoire a perdu 25 % de ses exploitations agricoles.
Ce constat inquiétant, que j'ai dressé à l'occasion du débat sur le projet de loi de finances, n'appelle pas une simple réponse budgétaire : à travers les crédits de l'État affectés à l'appui au renouvellement et à la modernisation des exploitations agricoles, la dotation pour les jeunes agriculteurs augmente en effet cette année de 5 millions d'euros, passant de passe en effet de 21 à 26 millions d'euros.
Mais c'est un mouvement de fond qu'il est difficile de contrer : le dispositif en vigueur n'est pas satisfaisant. En cause, notamment, le non-interventionnisme de l'Europe face à la chute des cours et les menaces qui pèsent sur le prix du lait avec la disparition des quotas.
Le Gouvernement doit envisager, au-delà des chiffres, des mesures qualitatives pour améliorer l'efficacité du dispositif d'aide à l'installation des jeunes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire