vendredi 14 novembre 2014

Financement des équipements sportifs : le désengagement de l'Etat inquiète

Dans le cadre de la discussion du projet de loi de finances pour 2015, j'ai porté devant le ministre des sports les inquiétudes des collectivités locales face à la diminution des crédits affectés au Centre national pour le développement du sport (CNDS).
Alors que le CNDS est le principal artisan du sport pour tous, le Gouvernement a choisi d’en baisser les recettes affectées de 33 millions sur la période 2014-2017, dont 13 millions d’euros dès 2015. Les subventions d’équipement s’en trouveront réduites d’un quart. Cela est d’autant plus navrant que le soutien du CNDS aux équipements sportifs a tout autant un effet de levier que valeur de label pour les cofinanceurs des installations sportives. Cette décision signe le désengagement progressif de l’État du parc sportif. Une fois de plus, ce sera aux collectivités locales, dont le Gouvernement a décidé par ailleurs de baisser les dotations, d’assumer
Autre sujet d'inquiétude : la baisse des subsides aux associations. La jeunesse est une priorité affichée par le Président de la République, le Gouvernement et sa majorité. Dès lors, il est surprenant de constater que les crédits affectés à la vie associative et l’éducation populaire connaissent une forte baisse, cela alors même que l’engagement associatif a été reconnu grande cause nationale 2014.
Par ailleurs, si je salue la valorisation du service civique, avec un objectif annoncé par le Président de la République de 100 000 volontaires en 2017, j'ai demandé au Gouvernement l'assurance que le service civique conservera son statut prioritaire, malgré la situation économique de notre pays et les contraintes budgétaires qui en résultent.
Enfin, j'ai souligné l'inquiétude du monde cycliste face à l'augmentation des frais d'encadrement des épreuves, notamment ceux relatifs à l'accompagnement de la gendarmerie.
Avec les nouveaux tarifs, c’est une augmentation de 1 500 % en trois ans qui sera imposée aux organisateurs et des courses vont tomber. Déjà, la Classique de l’Indre, à Châteauroux, n’aura pas lieu et le Tour de Normandie n’aura peut-être pas lieu l’année prochaine.
Le ministre a répondu, sur ce point, qu'une réunion serait prochainement organisée conjointement avec le ministre de l'intérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire