mercredi 8 octobre 2014

Entretien de rentrée avec la presse régionale


Ouest-France


Le député, le budget, les barrages, le Mont
Le budget présenté par le gouvernement a fait réagir l'UMP qu'est Guénhaël Huet. Le parlementaire hausse aussi le ton sur l'arasement des barrages et le périmètre de protection du Mont.

Le budget présenté la semaine dernière ne vous laisse pas sans voix ?
Que non. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'avec 80 milliards d'euros, le déficit est très, très élevé. L'hypothèse de croissance est surévaluée. En 2014, on nous parlait de 0,9 % et on est tombé à 0,5. Pour cette année, on nous annonce 1 %, nous aurons la moitié. Quant à la dette, elle ne cesse de croître pour atteindre les deux mille milliards d'euros soit 30 000 € par habitant. Ce qui représente 95 % de notre PIB ou richesse nationale, si vous préférez.

C'est le montant qui vous inquiète ou sa nature ?
Il est vrai que la nature est plus inquiétante encore. L'État emprunte pour couvrir ses dépenses de fonctionnement au lieu de mettre l'accent sur les dépenses d'avenir, ce qu'avait commencé à mettre en place le précèdent quinquennat. Nos dépenses publiques s'élèvent à 56 %, contre 46 % chez nos voisins européens. En corollaire, le taux des prélèvements obligatoires est de 46 %, contre 36 % toujours chez nos voisins. Avec une croissance quasi nulle et un millier de chômeurs supplémentaires chaque jour, preuve est faite que le culte des dépenses publiques n'est pas le moyen de relancer l'économie.

Les taux de prélèvements, justement ?
Ils posent le problème de la compétitivité. Et, dans ce contexte, le projet de loi sur les professions libérales est un faux-fuyant. Une vraie supercherie de la technocratie parisienne pour dissimuler la responsabilité d'un État, dont l'obésité profite à ces mêmes technocrates, tous ministères confondus. Il faut une cure d'amaigrissement.

On a tout de même supprimé la première tranche d'impôt ?
Faux cadeau fiscal. Cette première tranche, taxée à 5 %, concernait les revenus compris entre 6 000 € et 12 000 €. La nouvelle première tranche, 14 %, débutera à 9 690 € alors qu'elle débutait à 11 991 €. Une fois de plus on assiste à une hausse de l'impôt sur les revenus moyens. Idem pour la protection sociale, avec une baisse de la prime à la naissance à partir du 2e enfant, le report de la majoration des allocations familiales de 14 à 16 ans.

Plus localement, des sujets qui fâchent le député ?
Deux, essentiellement. D'abord, l'arasement des barrages. Nouvelle supercherie et vrai scandale dans la mesure où cet arasement est censé rétablir une qualité des eaux de la Sélune et rétablir la libre circulation des poissons migrateurs. On ne peut être que d'accord. Mais les barrages, en jouant un rôle de bassins de décantation, de réceptacle des pollutions, participent, justement, à la qualité des eaux. Pour la remontée des poissons, des solutions existent mais on ne veut pas l'admettre. Par ailleurs, les barrages ont aussi un rôle de bassins de rétention en cas de fortes précipitations. A ce sujet, c'est l'État qui demandait aux techniciens des barrages de réguler les crues éventuelles en fonction des prévisions météo. Aujourd'hui, on vient nous dire qu'ils n'ont aucun rôle de prévention des risques avérés d'inondations. Irresponsable en plein procès Xynthia. J'appelle les citoyens à signer la pétition qui est ouverte à tous et pas seulement aux riverains des barrages.
Quant aux deux nouveaux périmètres modifiés de protection de la baie du Mont, à la demande de l'Unesco, avec leurs contraintes en matière d'urbanisme, ils vont geler tout développement de la région. Ces périmètres vont jusqu'à Mortain, cela n'a aucun sens, autant vitrifier la région. Je remarque que RTE et ses pylônes de ligne très haute tension n'ont pas été soumis aux mêmes contraintes. Il faut que les élus soient vigilants, offensifs.

Recueilli par Éric BLÉAS.






La Gazette

Politique. Le député fait sa rentrée 

Actualité parlementaire et politique, dossiers locaux, Guénhaël Huet, le député, fait le point sur les dossiers.

Le Gouvernement fait fausse route

Le Gouvernement a présenté son budget 2015 annoncé avec un déficit de 80 milliards d’euros, avec en plus une hypothèse de croissance de 1 %. « Ce gouvernement fait fausse route et ne tiendra pas ses engagements, d’autant plus que la dette vient de dépasser les 2 000 milliards d’euros, soit 95 % de la richesse nationale ou 30 000 € par habitant ». Plus grave encore la nature de la dette ! « Depuis des années, l’État emprunte pour couvrir les dépenses de fonctionnement, et non pas pour investir ! ». Et dans ce budget, un taux de dépenses publiques de 56 % de la richesse nationale (contre 46 % en Europe) : « La preuve est faite que le culte des dépenses publiques n’est pas la solution pour relancer l’économie. Avec une croissance quasiment nulle (0,50 en 2014) c’est environ 1 000 chômeurs de plus par jour depuis deux ans et demi ». Toujours dans ce budget, un taux de 46 % pour les prélèvements obligatoires (36 % en Europe) « ça pose le problème de la compétitivité et le projet de loi sur les professions réglementées ne réglera pas le problème de la décroissance ».
Le Gouvernement a aussi annoncé la suppression de la première tranche (6 000 à 12 000 €) de l’impôt sur le revenu. « Un faux cadeau fiscal fait aux catégories les plus modestes, car désormais la nouvelle première tranche commencera à 9 650 € au lieu de 12 000 €, avec un taux d’imposition de 5,5 qui passe à 14 %. Et à cela s’ajoutent l’augmentation de la taxe sur le gasoil de 2 centimes, l’augmentation de la redevance TV de 3 €, sans compter les nombreuses attaques faites aux familles : diminution de la prime à la naissance à partir du 2e enfant, partage du congé parental, report de 14 à 16 ans de la majoration des allocations familiales… ».

Opposé au quinquennat

Guénhaël Huet se réjouit de l’élection de Gérard Larcher à la présidence du Sénat : « Après les élections municipales, puis les Européennes, c’est le troisième échec du Gouvernement en six mois ! ».
Présidence de l’UMP : « J’apporterai mon soutien à Hervé Mariton, parce que c’est avant tout un homme de conviction et non pas de communication… ».
Primaire partielle UMP pour la présidentielle : « Je soutiendrai Alain Juppé pour les mêmes raisons ! Et je souhaite que l’on revienne au septennat, mais non renouvelable. De quoi donner le temps au président pour se consacrer intégralement à l’intérêt général ».

Barrages sur la Sélune

Guénhaël Huet rappelle son opposition formelle à l’arasement des barrages (lire notre dernière édition) et espère vivement que « Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie honorera son engagement de venir sur les barrages, pour se rendre compte de l’ineptie du projet qui va coûter 80 millions d’euros aux contribuables ».

Plus de protection pour le Mont

Pour protéger le Mont Saint-Michel et sa baie classés au patrimoine mondial, l’État a dessiné deux nouveaux périmètres : « C’est pratiquement tout le Sud-Manche qui est impacté ! De nouvelles contraintes en matière d’urbanisme viennent donc s’ajouter à la loi littoral et à celle de submersion marine. Autant vitrifier tout le Sud-Manche et y interdire tout développement ! ». Deux poids, deux mesures ! « Je regrette que ces mêmes contraintes n’aient pas été imposées à RTE qui a implanté ses pylônes ! Il faut que les élus se mobilisent au plus vite car on n’a pas l’obligation de tout accepter ».
 
 
 
La Manche Libre
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire