vendredi 20 juin 2014

« Passer le permis de conduire devient un vrai parcours du combattant », estime Guénhaël HUET

« Passer le permis de conduire devient un vrai parcours du combattant », explique Guénhaël HUET,
député de la Manche.

Pourtant, « chacun sait que le permis de conduire est un vrai sésame, important pour l’autonomie
individuelle et encore plus pour l’emploi ».

Le parlementaire, Président de la Communauté de communes Avranches-Mont-Saint-Michel,
a récemment interpellé le Gouvernement dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale sur
 les délais sans cesse rallongés de passage du permis de conduire.

« Chaque année, ce sont 1.300.000 permis de conduire qui sont délivrés, avec un taux d’échec au
premier examen de 40 %. C’est là que la situation se complique puisque le délai moyen pour repasser
le permis de conduire est de presque 100 jours – 98 jours exactement –, ce qui est trop long.

Dans un
certain nombre de départements, il peut même atteindre six mois, voire une année pleine. »
En cause : le manque d'inspecteurs.

« Au niveau national, sur les 1.260 inspecteurs inscrits au budget du ministère de l’intérieur, seuls
923 font réellement passer les examens. Sachant que les inspecteurs ne consacrent que 43 % de
leur temps au permis B, si l’on enlève les congés, la surveillance d’autres examens de permis,
d’autres missions... »

Une situation quasi généralisée mais particulièrement sensible dans la Manche.

« Dans le département de la Manche, onze inspecteurs sont recensés. Tous ne travaillent pas à
temps plein, certains sont arrêtés pour cause de maladie, d’autres vont partir à la retraite sans être
remplacés. Les délais d’attente ne font ainsi que s’allonger, ce qui pose vraiment beaucoup de
difficultés. Les jeunes comme les moins jeunes – mais ce sont surtout les jeunes qui passent le permis
de conduire – s’en plaignent, de même que les entreprises d’auto-école dont l’activité s’en trouve
affectée. »

Faisant part de la « préoccupation du Gouvernement », Marylise LEBRANCHU, ministre de la
décentralisation,  a assuré que q'une « réflexion globale sur la question des places d’examen au
permis de conduire » récemment menée a permis la mise en œuvre d'une « série de mesures dites
d’urgence », parmi lesquelles le recrutement en 2014 de vingt-cinq inspecteurs, l'octroi d’une
enveloppe de 60 000 examens supplémentaires en 2014 et la mise en place d'un système de renforts
d’inspecteurs pour compenser les inégalités territoriales.

Alors que la moitié de l'année est déjà écoulée, les représentants des auto-écoles du Sud Manche,
que le député a reçus il y a quelques jours, attendent les effets concrets de ces mesures mais craignent
de nouvelles difficultés pour la période estivale avec les congés des inspecteurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire