jeudi 7 novembre 2013

Rythmes scolaires : « Une réforme bâclée, non préparée, non concertée »

Mardi soir 4 novembre, pendant la discussion du projet de loi de finances pour 2014, j'ai interpellé le ministre de l'éducation nationale, Vincent PEILLON, au sujet de la réforme des rythmes scolaires.
« Vous vantez l’amélioration qualitative de notre système scolaire avant de nous réciter une litanie de chiffres.
« Mais l’autosatisfaction ne peut constituer un programme en soi et elle conduit très souvent au déni de réalité…
« Or c’est bel et bien la réalité qui vous rattrape. Cette réforme est bâclée, non préparée, non concertée, malgré toutes vos dénégations. »
« Entre 80 % et 85 % des communes ont préféré attendre 2014 et, parmi celles qui ont choisi de l’engager dès 2013, certaines reculent et reviennent à la semaine de quatre jours, y compris dans votre département d’élection. Tout cela, monsieur le ministre, est le signe manifeste d’une impréparation. »
Je suis aussi revenu sur l'engagement que lui avait donné le ministre, le 23 octobre, de repousser la date de remise des projets d'aménagement du temps scolaire par les communes, initialement fixée au 4 novembre.
« Les communes devaient avoir rendu leur copie pour la rentrée 2014 le 4 novembre au plus tard, c’est-à-dire hier ! De qui se moque-t-on, au moment même où l’on nous invite à développer la concertation, à réunir les parents d’élèves, les enseignants, bref, à mettre en place un véritable projet ? »
Le ministre a confirmé que des instructions avaient été données aux inspecteurs d’académie pour reporter l’échéance en janvier 2014.
Il a, en revanche, refusé une fois encore d'aborder la question de la pérennité de l’aide financière de l'État aux communes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire