vendredi 29 novembre 2013

Il faut s'attaquer aux proxénètes, pas aux clients

En choisissant de pénaliser les clients, la proposition de loi destinée à « renforcer la lutte contre le système prostitutionnel » fait fausse route.
Il est en effet à craindre que la pénalisation des clients, non seulement ne règle en rien le problème de la prostitution, mais entraine une plus grande clandestinité de celle-ci, et donc une précarisation aggravée des femmes et des hommes qui se prostituent.
Le vrai changement aurait été celui d'une lutte déterminée contre les réseaux de prostitution.
A l'occasion de l'examen de ce texte à l'Assemblée nationale, j'ai défendu deux amendements visant à supprimer les amendes de 1.500 € et de 3.000 € prévues à l'encontre des clients ainsi que le stage de sensibilisation également imposé aux clients sur le modèle du stage de sécurité routière.
Ces amendements ont tous deux été rejetés.
La majorité a donc maintenu des dispositions aussi injustes qu'inefficaces.
Dans ces conditions, je ne voterai pas ce texte de loi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire