lundi 4 novembre 2013

Brigade nautique de Granville : le Gouvernement doit mettre en place une concertation

L'éventuelle suppression de l'antenne de la brigade nautique de Granville inquiète le milieu professionnel de la pêche et, plus largement, le monde de la mer dans son ensemble.

Service public indispensable pour les 120 km de littoral de son ressort, son absence serait durement ressentie.

Je suis intervenu auprès des ministres de l'écologie et de l'Intérieur afin de leur demander de surseoir à leur décision et de mettre en place une concertation réelle dans les meilleurs délais.

Contrôle des espaces protégés et des ressources, sécurité en mer, contrôle sanitaire : les rôles de la brigade nautique de Granville sont multiples et son action, plus préventive que répressive, est reconnue par l'ensemble des acteurs du monde de la mer.

Les 120 kilomètres de littoral de son ressort abritent 190 professionnels de la pêche, dont 80 bateaux pour la seule criée du port de Granville, tandis que le bassin nautique granvillais, qui comprend la zone sensible Natura 2000 de l'archipel de Chausey, est fréquentée par quelques 3.500 plaisanciers disposant d'une place de port et 1.200 bateaux sur remorque.

Ni la brigade nautique de Saint-Malo, pour des raisons administratives, ni celle de Cherbourg, pour des raisons géographiques, ne sauraient pallier son absence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire