mercredi 19 juin 2013

"Mur des cons" : une lettre à François Hollande

Avec d'autres parlementaires, à l'initiative du député Eric Cioti, j'ai adressé une lettre au Président de la République pour lui demander de faire en sorte que la mise à pied prononcée par France-Télévision à l'égard de l'auteur du film ne soit pas appliquée. Il serait en effet particulièrement choquant que la seule personne sanctionnée dans cette affaire soit un journaliste intègre et aux qualités professionnelles reconnues alors même qu'aucune décision n'a été prise contre les magistrats impliqués.

« Monsieur le Président de la République,

« L'affaire dite du « Mur des cons » du syndicat de la magistrature a suscité une vive condamnation en raison du discrédit général lancé sur l'indépendance de l'autorité judiciaire.

« Alors qu'aucune sanction n'a été formulée contre les magistrats auteurs de ce « mur des cons », le seul à devoir le seul à devoir rendre des comptes aujourd'hui est le journaliste de France, Clément Weill-Reynal, qui a filmé ce mur dans les locaux du syndicat de la magistrature.

« Clément Weill-Reynal écope d'«une semaine de mise à pied disciplinaire avec privation de la totalité du salaire » à partir du 12 juin, sur décision de la direction de la chaine publique France 3. Il a été averti que si « un tel comportement devait se renouveler à l'avenir, nous [la direction de France 3] pourrions être amenés à remettre en cause votre maintien dans la société ».

« Cette décision, particulièrement rare, est choquante et foncièrement injuste. Je m'étonne que la direction de France 3 ait pris cette sanction alors qu'aucun des représentants syndicaux présents au conseil de discipline le 3 juin dernier ne s'est prononcé pour la mise à pied. Pourquoi les seuls administrateurs de France-Télévision ont-ils voté pour cette sanction ? Ce choix est-il guidé par l'orientation politique des victimes ? Est-ce l'inauguration d'un délit d'opinion ?

« Dans ces conditions, en tant qu'autorité de nomination des dirigeants des chaînes publiques, et au nom de la liberté de la presse, je vous demande d'exiger de la direction de France 3 de ne pas mettre en œuvre cette sanction. La République se doit d'adresser un geste envers ce journaliste. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire