vendredi 3 mai 2013

Don d'organe : une mention sur le permis de conduire

Tandis que le nombre de malades inscrits sur les listes d’attente pour recevoir un organe a augmenté de 30 % entre 2005 et 2011, le nombre total de personnes greffées a quasiment stagné.
En France, en effet, 33 % des prélèvements possibles sont refusés. Et, si dans près de 4 cas sur 10, c’est parce que le défunt a déclaré son opposition au don d’organes durant sa vie, dans les 6 autres cas, l’opposition vient de la famille, par manque d’information sur la volonté du défunt.
Les personnes décédées à la suite d'un accident de la route constituant des donneurs potentiels dont les organes sont compatibles avec une greffe, l'indication, sur le permis de conduire, de la volonté de donner ou non ses organes augmenterait considérablement le nombre de dons tout en faisant gagner un temps précieux au personnel médical afin de procéder rapidement aux opérations nécessaires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire