lundi 28 janvier 2013

Haut conseil à l’égalité hommes-femmes  : je refuse de siéger

Je ne siègerai pas au sein du Haut conseil à l’égalité hommes-femmes où j'ai été désigné.
Améliorer la place des femmes dans la société ? Oui.
Protéger les femmes des violences sexistes ? Oui.
Etendre la parité à l’ensemble de la sphère publique ? Oui.
Mais pour faire avancer les droits des femmes, il faut être cohérent et ne pas commencer par nier la différence ou l’altérité des sexes.
L’égalité ne peut se construire que sur la reconnaissance des différences, pas sur leur négation.
La théorie du genre, soutenue par le parti socialiste va malheureusement dans ce sens.
Le mariage homosexuel va également et malheureusement dans ce sens. Sous couvert d’égalité, ce projet occulte et néglige totalement les droits des enfants et les droits des femmes.
En effet, le mariage homosexuel ouvre fatalement comme conséquence, avec la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui, une marchandisation du corps de la femme.
Le gouvernement considère-t-il qu’il s’agit d’un progrès pour les droits des femmes ?
Il est vrai que monsieur BERGE, proche du pouvoir socialiste, a récemment déclaré qu’il n’y avait « aucune différence entre louer son ventre pour faire un enfant et louer ses bras pour travailler ».
Personne à gauche ne l’a démenti.
Je suis consterné par le cynisme avec lequel le gouvernement s’attache à faire exactement l’inverse de ce qu’il prône.
Je refuse d’être le complice d’une telle incohérence et d’une telle mascarade mais je continuerai à travailler à l’amélioration de la place des femmes dans la société comme je l’ai fait pendant 5 ans au sein de la délégation parlementaire aux droits des femmes. »
Pour info : Le Haut conseil à l’égalité hommes-femmes a été installé le mardi 8 janvier à Matignon. Présidé par l’ancienne député PS des Côtes-d’Armor, Danielle BOUSQUET, il se substitue à l’observatoire de la parité et a vocation à animer le débat public sur les grandes orientations de la politique pour l’égalité. Il réunit des élus nationaux et locaux, des personnalités qualifiées, des représentants des associations et des administrations de l’Etat.
Membre de la délégation de l’Assemblée nationale aux droits des femmes et à l’égalité entre les hommes et les femmes, Guénhaël HUET a notamment rédigé deux rapports d’information consacrés aux femmes en détention et à la santé des femmes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire