mercredi 22 février 2012

Réunion au ministère : des avancées utiles mais insuffisantes



 
Conférence de presse, lundi 21 février à Isigny-le-Buat (photo dr)

Jeudi 16 février, une délégation de parlementaires et d'élus du Sud-Manche a été reçue au ministère de l'écologie et de l'environnement.
A l'issue d'une réunion de trois heures, des avancées ont été obtenues. Elles sont malgré tout insuffisantes.
Insuffisantes, parce que nous n'avons pas obtenu de réponses précises sur la prise en compte du risque d'inondation après arasement, sur la gestion des boues ou encore sur le chiffrage précis de la vidange, toujours estimé « à la louche » entre 1 et 20 millions d'euros.
Un flou qui témoigne d'ailleurs de manière éclatante de l'impréparation de cette décision, prise de manière précipitée et sans réflexion, simplement pour faire plaisir à certaines organisations écologistes qui avaient fait de la suppression arbitraire de nos barrages le prix politique de leur participation au Grenelle de l'environnement.
Insuffisantes encore, parce que le devenir de la vallée après arasement reste très incertain, tant dans les solutions avancées que par le financement, bien trop faible et sur lequel pèse toujours le risque d'une participation disproportionnée des collectivités locales. Ce n'est pas à nous de payer pour une décision dont nous ne voulons pas !
Certains points positifs doivent malgré tout être soulignés. Ainsi, un premier délai a été obtenu, qui repousse la vidange à 2015 tandis que la poursuite d'exploitation par EDF jusqu'à celle-ci est assurée. De même, l'activité économique de la Mazure est enfin considérée et un soin particulier sera apporté à sa reconversion qui devra se faire autour de l'eau, notamment par la création de plans d'eau. Enfin, l'État s'engage à étudier la possibilité de maintenir le barrage de la Roche-qui-Boit.
Ces avancées constituent une première étape, dont nous ne devons pas nous contenter. Avec plus de 1.000 personnes aux trois réunions publiques que nous avons organisées et 4.000 signataires pour la pétition des Amis du barrage, la très forte mobilisation engagée ces dernières semaines doit se poursuivre.
C'est en conservant et renforçant ce front uni d'élus – toutes tendances politiques confondues – d'associations et de citoyens que nous pourrons obtenir gain de cause.
Je vous demande donc de rester mobilisés et de continuer à mobiliser autour de vous. Une avancée en appelle toujours une autre. C'est une longue course que nous avons engagée, il faut garder les yeux sur la ligne d'arrivée et ne pas nous contenter d'une victoire d'étape.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire