mardi 30 août 2011

« Aide alimentaire : quand le "juridisme" menace les plus démunis »

Un arrêt du tribunal de première instance de l'Union européenne a récemment conclu que le financement du plan européen d'aide aux plus démunis (PEAD), abondé à hauteur de 500 millions d'euros par des fonds provenant de la PAC (politique agricole commune), n'était pas conforme aux objectifs de celle-ci. Au-delà des arguties juridiques, cette décision risque de priver plus de 2 millions d'Européens de l'aide alimentaire dont ils ont besoin...

Avec d'autres parlementaires, sensibles aux appels des associations caritatives de nos circonscriptions, nous avons saisi le gouvernement. Bruno Le Maire, ministre de l'agriculture et de la pêche, m'a ainsi récemment assuré que la France reste très attachée au maintien d'un programme européen d'aide alimentaire : à l'initiative de notre pays, les négociations en cours pour la réforme de la PAC à l'horizon 2013 prévoient donc la préservation et la sécurisation juridique d'un tel système.

La décision de la justice européenne est très probablement fondée en droit. Dans les faits, elle risque hélas d'aggraver la situation de centaines de milliers de personnes déjà en grande difficulté et de compliquer inutilement la tâche des bénévoles qui leur viennent en aide. Le sens juridique devrait parfois savoir s'effacer devant le bon sens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire