vendredi 22 juillet 2011

Pour un débat public sur l'énergie

La catastrophe nucléaire de Fukushima, mais également l’exploitation du gaz de schiste, la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’utilité des énergies renouvelables et bien entendu la hausse importante des prix de l’essence, de l’électricité et du gaz domestique sont autant d’éléments qui placent l’énergie au premier plan de nos préoccupations.
Les principes de notre politique énergétique – avec notamment une place privillégiée accordée au nucléaire qui représente 78 % de notre production nationale d'électricité – ont été adoptés il y a plus de 30 ans sans véritable débat, ni au sein des institutions politiques ni, encore moins, dans l'opinion publique.
Il s'agit pourtant d'un sujet qui concerne directement et quotidiennement chacune et chacun d'entre nous.
Comment peut-on demander au consommateur de faire des économies ou, de manière générale, de changer ses comportements si on ne l’associe pas réellement aux enjeux et aux décisions, s’il n’est pas partie prenante de la politique de l’énergie ?
Le temps du secret, de l’opacité voire du mépris manifesté par quelques grandes institutions oeuvrant dans le domaine de l’énergie, doit être révolu.
Le gouvernement doit, en conséquence, prendre l’initiative d’un débat public national sur l’énergie.
Son organisation pourrait être utilement confiée à la commission nationale du débat public qui en garantirait l’indépendance et la transparence.
Ensuite, il reviendra au gouvernement et au parlement de prendre leurs responsabilités et de faire les choix les plus judicieux et précis possibles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire